Select Page

A homepage help page This article is about a theorist and a philosopher. See for composer Carl Marx (composer), See for other names marx:,
Karl Marx 001.jpg:

Carl Mark in 1875.

Birth:
death
buried
nationality
training
School / tradition
Main interests:
Notable Ideas:
Main works
Affected
Affected
Adjective Adjectives
father
mother
Henriette Prussburg (in:)View and edit data on Wikidata
from brothers and sisters
united
children
Parentèle:
Signature of Karl Marx

signature

Carl Marx(1:)(k:has2:l mhas2:k:by:)(2:) (in German (k:has2:2:l mhas2:2:k:by:)(3:)), born to: Trier: in: Rhine: and he died to: London:, is a? historian:, reporter:, philosopher, sociologist, economist, overview:, theorist: a revolution(4:), socialist And what? Communist German:,

He is famous for himself a materialist view of history, his description of the activity capitalismand its revolutionary activity labor movementIn particular, he participatedInternational Workers Association, All currents of thought inspired by Marx's work are referred to as Marxism, He had a great influence on further development Humanities and Social Sciences, His work has had a significant impact XX:e: centuryduring which many revolutionary movements insisted his thoughts.

family(change |: change the password)

Born Carl Heinrich Marx 1818: to: Trier:, by: Bas-Rhin Province, within: Kingdom of Prussia (today) country Rhineland-Palatinate). She is the second in a family of eight children. His father, Heinrich Marx (1777-1838), born Herschel Marx Levi Mordechai, was a lawyer for the Jewish rabies family ashkenazi: – Heinrich's grandfather, Mayer Alevi Marx, became a rabbi in Terry in 1723, and his sons and grandchildren were the first to receive secular education, and merchants dominated the vineyards. Moselle ValleyIn order to pursue his law profession, he became Protestant in 1816 or 1817 and changed his name from Herschel to Heinrich(5:)His mother, Henriette Presburg (July 20, 1788-30 November 1863), comes from a Dutch Jewish family. By remaining true to the Jewish religion, he will not be converted Lutheranism: only in 1825, after the death of his father, who was a rabbi. She is a great aunt of the brothers Phillips and aunt Anton Phillips (I), the founders of society Philips:(6:), Karl Marx was baptized in Lutheranism in 1824 and confirmedTrier Church In 1834. Although the father respects Jewish tradition by giving his son the name of his grandfather, Carl Heinrich Mordecai, he has not been raised religiously and there is no evidence that my family practiced Lutheran or Jewish religion.(7:),

studies(change |: change the password)

He enters gymnasium(8:) From Friedrich Wilhelm Trier: in: 1830:, After receiving Him Abitur:(9:)he goes to university, first of all Bonn: in October 1835: study the law and get a year-end certificate by noting “The Excellence of His Diligence and Attention”(10:)then to berlin: to:Friedrich Wilhelm University Since March 1836, where he has been more devoted to history and philosophy. He finishes his studies: 1841: presenting a doctoral thesis: Different from the philosophy of nature Democritus: And what? Epicureus: (Differenz der demritischen und Epikureischen Naturphilosophie:). Marx got it in case of absence Doctor of PhilosophyUniversity of Jena: that: ,

commitment(change |: change the password)

E: berlin:he belongs to the circle of "left Hegelians", also called " young Hegelians (With: Bruno Bauer and others) seeking to make atheistic and revolutionary conclusions from philosophy Spell(11:),

Hegelian left Ludwig Zieerbach the criticism had begun theology from: 1836: and began to turn to him materialism (Unlike:idealism Hegelian): in: 1841:this materialistic orientation takes the upper hand in its philosophy (The essence of Christianity) and is associated with so-called idealistic dialectics Spell to give him a scientific and historical image that captures the real in the logic of his evolution. This position runs counter to government policy Prussian who had removed his chair from Geberbach 1832:He was then banned from returning to the university in 1836. Finally, the same authorities forbid Bruno Bauerfrom the left, another great figure of Hegelism to teach Bonn in 1841. After graduating from university, Marx left for Bonn in hopes of becoming a professor there. But in the face of this government policy, he abandons the idea of ​​a university career.

Opposition newspaper Rheinische Zeitung:(change |: change the password)

In the beginning 1842:some liberal bourgeoisie Rhine:, in contact with left-handed jokes, create cologne: opposition newspaper to Catholic clergy, Rheinische Zeitung: ("Rhine Gazette"). Originally in support of Protestant Prussia, the Cologne GazetteDie K Dielnische Zeitung:) and its views Ultra-montains:, but editors are actually developing a Diversion Trend(12:), much more independent and radical. They offer Marx and Bruno Bauer become the key factors. Marx first moved to Bonn and wrote several articles to defend press freedom. Moses Hess also participates in the newspaper. In October 1842, Mark became editor and moved to Cologne.

The newspaper's revolutionary democratic tendency is emphasized by Marx. The government responds by imposing double, then triple censorship. Then, he forbids it. Marx had to resign before that date, but that did not save the paper that ceased publication in March 1843.

One of Marx's main articles, "M. Rheinische Zeitung: one is dedicated to living conditions for winemakers from the valley Moselle:, This report, as well as all its journalistic activities, informs him of his shortcomingspolitical economy and prompts him to begin an in-depth study of it.

Marriage and family(change |: change the password)

In 1843 Bad Kreuznach:, Marx marries childhood friend, I was von Westfalenwho was a student. His wife is a Rhineland nobleman, elder brother to become interior minister Kingdom of Prussia during one of the most reactionary times in this country 1850: to: 1858:,

The couple had six children, but only three girls will remain adulthood. I was Caroline (1844-1883), laura: (1845-1911) and: I was Jul Julia Eleanor: (1855-1898): Laura married in 1868 Paul Lafargue, A French socialist who leaves in himself Personal memories of Carl Marx an intimate biography of a philosopher. Ann Carolyn was married in 1872 Charles Longuette, individuality Paris Commune, Elean is married to a British man, Edward Belling. Marx's first two sons-in-law seemed to admire and inspire her, Paul Lafargu was even back By Jules Guzde one of the founders French Socialist Party, a Marxist party that later united French Socialist Party Guest: Jean aur face: and a few other smaller parties making up SFIO:Charles Longwett is the father Jean Longuette which played a decisive role in the process Tour congress In 1920, in contrast to Lenin and it KIS:, the future PCF:Marx sometimes maintained conflicting relationships with these two sons-in-law, as well as with Eleanor's contender, Hippopolitan Prosperous Olivier Lissagaray:, a former utility like Longuet. Marx wrote to Engels in a letter dated November 11, 1882: Longut holds himself out of the last of the Proudonians and Lafargu as the last of the Bakuninists. Let the devil remove these patent paths of scientific socialism(13:) ! «

Karl Marx would also have a natural son, Frederick Demuth (1851-1929), in a relationship with the nanny, Helen Demuth, Frederick Demuth was recognized Friedrich Engels(14:),

In addition to those who came of age, Marx had three more children: Edgar (1847-1855), Heinrich Guido (1849-1850), and Francisco (1851-1852). Edgar's death seemed to be very sad for Karl and Ann Marx's couple.

His children and friends call him The Moorhis favorite nickname given to him while studying in Berlin because of his dark hair, beard and black hair, but which also applies to him Jewishness:(15:),

French-German yearbooks(change |: change the password)

In autumn 1843:, escaping from Prussian censorship, Marx moved paris:, rue Vaneau:for publishing radical newspapers abroad Arnold Rouge (1802-1880): Series: French-German yearbooks Editing. The publication is suspended due to the great difficulty of illegally distributing the newspaper germany: and also as a result of disagreements between Marx and Arnold Rouge. Marx's articles show that he is already positioned as a revolutionary defender "Unhealthy criticism of all that exists" (even if "Criticism Weapon Can't Replace Weapon Criticism"relying on the masses and proletariat change the order of things, and some more enlightened leaders.

At the same time it is Ludwig Zieerbach write to her Principles of the philosophy of the future, "We need to live the liberating influence of these books on our own", we will write later is Engels, which adds: "At once we became Feuerbachians",

Meeting with Engels(change |: change the password)

In September 1844: In Paris, Marx reviews Friedrich Engels that he had only previously passed; it is the beginning of a deep friendship. The student had become a supporter of his philosophy, Engels Spell while rejecting the support he had given to the Prussian state. in: 1842:he had left Bremen: position in a commercial enterprise Manchester whose father was one of the owners. There he had fully encountered proletarian poverty and systematically studied conditions (The working class situation in England, 1845):

Shortly after their meeting, Marx and is Engels working together on their first collaborative work, Holy Familyin which they attack the critical philosophy of Bruno Bauer that they were close to. Then comes German ideology (actually written by Marx), focused mainly on very offensive criticism Max Stirner: title » St Max And which accounts for nearly two-thirds of the case. This book protects a materialist view of history which came out of Jiberbach's idea of ​​materialism. In sharp criticism of the lies, Mark and Engels thus break not only Jebrach but also PrudonBut the book does not find a publisher, and it will only be published a century later. E: Theses on Geberbach, a short text found in the same manuscript, Marx writes (Thesis XI): “The philosophers have done just thatcomment: the world in different ways. what's important convert «,

The misery of philosophy criticism of Proudhon(change |: change the password)

On November 11, 1843, Marx confirmed 38; rue Vaneau: In Paris. Marx and Engels take an active part in the balloon life of Paris revolutionary groups at the time. Many of them were especially influenced by the doctrines Pierre-Joseph Joseph Proudon who was then a legal adviser to a trucking company set up by old college friends in Lyon. Marx expressed some admiration for this philosopher, thus speaking of Proudhon's figurative work, What is property? (1840). “The Proudhon Case. What is property?For a modern political economy, it has the same meaning as for a modern politics whose work Sieyes: What is the third property? "They meet during their stay in Proudon, Paris, in late 1844 or early 1845 (late September 25 – 1845). Marx leaves France 1:St: According to the decree of deportation on January 25, 1845 February. In a letter dated May 5, 1846, he invited Proudhon to join the draft of the International Association of Socialist Intellectuals: "As for France, we all believe we can't find a better correspondent than you."(16:), Prudon's reservations in his acceptance rightly make it clear to Marx that this is the end of inadmissibility(17:), Appears in October of the same year System of economic contradictions or The philosophy of adversity. Marx criticizes this The misery of philosophy(18:)The preface shows the contradictory and ironic nature of Marx's style: "In France he (Prudon) has the right to be a bad economist because he is considered a good German philosopher. In Germany he has the right to be a bad philosopher because he is considered the strongest economist. We, as a German and an economist, wanted to complain about this double mistake. ",

For his part, Proudhon will judge the judge The misery of philosophy From Marx. Marx is the pillar of socialism (bookSeptember 24, 1847). « Economic contradictions, "All who have spoken thus far have done so with supreme bad faith, envy or stupidity.", Fars Marx, Molinari, Vidal, Religious universe (…) (bookNovember 20, 1847). Proudhon will partially read Marx's book (up to chapter 2, § 3) and include maximum manuscript entries. He will then hand over his copy to two friends (Cremie and probably Green) who will also present the book. Except for one "Yes" Չ. I ,, 2, Proudhon's notes begin with J. II. Words: "Slander", "Absurdity", "False", «Pasquinade» succeed each other. Some records explain why Proudhon calls Marx "Tapeworm" within itself book : "Lie. That's what I say. " ; "False. Who's talking to you about this? When I say the opposite in the affirmative. « ; “What foolishness have I written after what I have written; In fact Marx is jealous » ; “I said it all. Marx likes Vidal » (In itself brochures Proudhon accuses Vidal of robbing him); “The plagiarism of my head meSt: « ; "Come on, dear Mark, you are of bad faith, and you know nothing at once." ; "The real meaning of Marx's work is that he regrets that everywhere I have thought of him and that I have said it to him. The reader is left to believe that it is Marx who, reading me, regrets thinking like me. In What Not Man? «

Marx, considered a dangerous revolutionary, moves from Paris at the persistent demand of the Prussian government 1845: By the President of the Council Guizot:(19:)Then he arrives Brussels:, The house he occupies at 42, rue d & # 39; Orléans, currently in the 50s of Jean d'Arden, Ixelles: Between October 1846 and February 1848(20:) serves as a meeting point for all political opponents. Marx is a member of the Brussels Democratic Association, from which he is elected vice president.

In the spring of 1847, Mark and Engels joined the secret political group The Communist League, They occupied a prominent place at its second convention in London in November 1847. On this occasion they were asked to write it League Manifesto, known as: Manifesto of the Communist Party, which appears in February 1848:,

The revolutions of 1848(change |: change the password)

During the break French Revolution February 1848:, Marx is leaving Belgium Return to Paris. With the extension revolution in Germanyhe leaves cologne: become an editor Neue Rheinische Zeitung: (New Rhine newspaper published) that: ,

With the victory of the revolution, Marx is being sued, in particular that it was published by L newsletter: exile the revolutionary proclamation Friedrich HeckerHe defends himself in front of a jury, declaring: "The first duty of the press is to destroy all the foundations of the current political system"He is justified but the government expels him May 16th of the same year, though it is subject Prussian,

Այնուհետև նա վերադառնում է Փարիզ, որտեղ ցուցադրության ցույցից հետո կրկին որսվում է , Այնուհետև նա մեկնում է london որտեղ նա բնակվելու է իր մնացած օրերի ընթացքում: Նրա քույրը Louise, այցելեց նրան Անգլիայի մայրաքաղաք 1853 թ., երբ նա ամուսնու հետ ճանապարհում էր բնակություն հաստատելու Կաբո-գաղութ(21),

Մարքսի աքսորի մեջ կյանքը չափազանց արտառոց է, ինչպես վկայում են նրա նամակագրությունից: Ֆինանսական աջակցությունէ Էնգելսը, նույնպես հաստատվել է Անգլիայում, թույլ է տալիս նրան գոյատևել(22), Չնայած այս աջակցությանը, Մարքսը և նրա ընտանիքը պետք է դիմակայեն ծայրահեղ աղքատության. «Կինս հիվանդ է, փոքրիկ enենին հիվանդ է, Լենին մի տեսակ նյարդային տենդ ունի: Ես չեմ կարող և չէի կարողանա զանգահարել բժշկին ՝ թմրանյութերի համար փող չլինելու պատճառով: Ես ութ օր ընտանիքով կերակրում էի հացով և կարտոֆիլով, բայց զարմանում եմ ՝ կարո՞ղ էի մինչ օրս դրանք ստանալ »: (Էնգելսում, ). Նրա երեխաներից մեկը ՝ Էդգարը, մահանում է թուլությունից:

Այնուհետև նա գրել է յոթ հոդվածների շարք, որոնք հավաքվել են վերնագրի ներքո Louis Bonaparte- ի 18-րդ Brumaire- ընկարագրելով սկիզբը Երկրորդ հանրապետություն Ֆրանսերենը և դրա էվոլյուցիան դեկտեմբերի 2-ի հեղաշրջման հարցում 1851 տանում է դեպի Երկրորդ կայսրություն, Մինչև տարվա վերջ 1862, մինչ նա նոր է սկսել գրել կապիտալ, իրավիճակը շարունակում է մնալ կրիտիկական(23) չնայած Էնգելսի օգնությանը, ինքը ֆինանսական դժվարության մեջ է հայտնվել ամերիկյան ճգնաժամի պատճառով և նրա հորեղբայր Լիոն Ֆիլիպսը, ով նրան նախապատվություն է տալիս ժառանգությանը: մեջ 1864նրա ֆինանսական վիճակը բարելավվում է շնորհիվ իր մոր ժառանգության, որը միշտ հրաժարվել էր վճարել նրան այն մասը, որը նրան պատկանել է իր հորից և կդարձնի նրան միայն որոշ հին պարտքերի շնորհ, այլև կյանքի ուղին: մարքս ընտանիքը մնում է համեստ մակարդակում:

Նյու Յորքի տրիբուն(փոփոխություն | փոխել ծածկագիրը)

Նա նվիրում է մեծ մասը 1850-ական թթ գրեք հարյուրավոր «սնունդ» հոդվածներ, ինչպիսիք են թերթերը Նյու Յորքի տրիբուն, ներգրավվելով լայնածավալ հետազոտությունների մեջ տնտեսություն, պատմություն, քաղաքականությունև այլն Հոդվածներ Նյու Յորքի տրիբուն դեմ էին «գաղտնի պատերազմ» Հենրի Չարլզ Քերին(24),(25), Միևնույն ժամանակ, նա մնում է նամակագրության մեջ մայրցամաքի հեղափոխականների հետ և լուրերի կապակցությամբ գրում է քաղաքական բրոշյուրներ: Նա անցնում է պրուսական կառավարիչների աչքին `դավադրությունների կազմակերպության ղեկավարի համար, մինչդեռ Կոմունիստների լիգա այլևս գոյություն չունի նրա ինքնալուծարման պահից ի վեր 1852, Այն իրականում մեկուսացված է: Իր տնտեսապես անապահով իրավիճակը դանդաղեցնում է նրա աշխատանքը:

Վերադառնալ քաղաքական գրություններին(փոփոխություն | փոխել ծածկագիրը)

Միայն ներսից 1859 որ նա լրացնում և հրապարակում է Քաղաքական տնտեսության քննադատությանը նպաստելը, Մասնավորապես կան բոլոր հիմնական տարրերը արժեքի օրենքը, ից կապիտալ, Մարքսն այս պահին գրում է. «Չեմ կարծում, որ մենք երբևէ գրել ենք փողի մասին, մինչ այդ պահին այն բացակայում ենք»:,

մեջ 1859, նա դուրս է գալիս իր քաղաքական մեկուսացումից `գերմանալեզու թերթին մասնակցելու համար Դաս Վոլկկապված գերմանական աշխատանքային շարժում տեղի ունեցող վերափոխումների հետ և որոնք կուղղվեն սահմանադրությանը Ֆերդինանդ Լասալլե առաջին իսկական գերմանական բանվորական կուսակցության (նախնին) SPD).

1867-ին Մարքսը վերջապես հրատարակեց, ավելի քան 20 տարվա աշխատանքից հետո, իր ստեղծագործության առաջին մասը Կապիտալ, Նա շարունակում է իր աշխատանքը `լրացնելով հաջորդ երկու հատորները, բայց հիվանդ և ժամանակատար, նա կթողնի միայն անավարտ նախագծեր, որոնք այնուհետև ձևավորվում, ավարտվում և հրատարակվում են Էնգելսի կողմից:

Աշխատավորների միջազգային(փոփոխություն | փոխել ծածկագիրը)

մեջ 1864նա գրում էԵլակետային հասցե isԱշխատավորների միջազգային ասոցիացիա, որն այնուհետև հիմնված է: Այս հասցեն դառնում է սրա հոգին « Առաջին միջազգային «, Այս երդմնակալությունը գրի առնելու համար Մարքսի ամբողջ ջանքերը հակված են միավորել այն աշխատանքային շարժում ով գիտի խմբագրման բոլոր ձևերը, որոնք պնդում են սոցիալիզմ տարբեր և հակասական հիմքերով (mazzini մեջ italy, Պրուդոնը մեջ france, ավելի ուշ Միշել Բակունին մեջ Շվեյցարիա, Բրիտանական միութենականություն, լասսալականները մեջ germanyև այլն): Հենց AIT- ի Ժնևի համագումարը ներկայացնելն է, որ Մարքսը գրում է այն, ինչ հետագայում կդառնա իր գիրքը Աշխատավարձ, գներ և շահույթ(26),

որ Փարիզի կոմունա փշրվել է 1871-ին: Մարքսը գրում է մի տեքստ, որն ընդունվում է International- ի կողմից. Քաղաքացիական պատերազմ Ֆրանսիայում, Կարլ Մարքսը եզրակացնում է, որ պրոլետարիատը չի կարող գոհ լինել պետական ​​մեքենայի գրավումից, որպեսզի այն իր համար աշխատի. Ստիպված կլինի այն ոչնչացնել վերևից ներքև: Մարքսը ողջունում է Կոմունայի հետ ի հայտ եկած նոր ժողովրդավարությունը. Հասարակության բոլոր մակարդակներում պաշտոնատար անձանց իրավասության և հետկանչման սկզբունքը (գործադիր, օրենսդիր, դատական): Այս տեքստը մեծ աղմուկ է բարձրացնում, և այնուհետև բացահայտվում է հեղինակի անունը. Կարլ Մարքսն առաջին անգամ ձեռք է բերում որոշակի անվանում, այդ թվում ՝ աշխատանքային շարժման շրջանակներում:

Հակամարտություն Մարսի և Բակունինի միջև(փոփոխություն | փոխել ծածկագիրը)

Զգալի տարաձայնություններ են հայտնվումInternationale, 1872-ին ՝ երկու Bakuninists բացառված են, քանի որ դրանց ստեղծումը որպես գաղտնի մասն է, այլ նաև Մարսի և հարաբերությունների միջև հարաբերությունների վատթարացման պատճառով Բակունինի, Այնուհետև պառակտումը ազդում է AIT- ի վրա: Սրան գումարեք ֆրանսիայում աշխատանքային շարժման վիրտուալ անհետացումը ՝ Կոմունայի բռնի ճնշման պատճառով:ՏՀԻ- գործնականում դադարում է գոյություն ունենալ Եվրոպայում (Միջազգային ակտիվիստների մեծ մասը նախընտրել են հետևել մասնավորապես ֆեդերալիստական ​​սկզբունքներին, որոնք մասնավորապես պաշտպանված են Բակունինի). AIT- ի գլխավոր խորհուրդը london փոխանցվում է Նյու Յորք և նույն տարում ձևավորվում է ֆեդերալիստական ​​միջազգային աշխատող:

Իր կյանքի վերջը(փոփոխություն | փոխել ծածկագիրը)

Լոնդոնում գտնվող Մարքսի այսօրվա գերեզմանը (նա շատ պարզ գերեզման էր ուզում):

Մարքսի առողջությունը խարխլված է նրա կազմակերպման անխոնջ քաղաքական աշխատանքովInternationale և նույնիսկ իր աշխատանքների ավելի սպառիչ գրելը: Այն, ըստ էության, այն թողնում է Էնգելսին ՝ հետևելու այդ իրադարձությունների զարգացմանը SPD, չնայած 1875-ին Մարքսը գրում է SPD- ի Գոթա ծրագրի շատ կոշտ քննադատության մասին: Այնուհետև Կարլ Մարքսն իր էությամբ նվիրվում է ավարտին կապիտալորի համար այն հավաքում է նոր նյութերի զգալի զանգված և, ի լրումն դրանց կենդանի լեզուներ նա արդեն տիրապետել է (ֆրանսերեն, անգլերեն, իտալերեն և գերմաներեն), սովորել ռուսերեն: Այնուամենայնիվ, դրա անկման առողջությունը խանգարում է նրան լրացնել դրանց վերջին երկու հատորները կապիտալ, Այնուհետև Էնգելսը կհավաքի և կձևակերպի իր գրառումները ՝ մասնակի նյութեր հրապարակելու համար:

Մարքսի գաղափարները վայելում են նշանավորություն և ազդեցություն սոցիալիստական ​​շրջանակներում ՝ ի թիվս այլ բաների, շնորհիվ ժողովրդավարության Փոլ Լաֆարգու, Մարքսի փեսան: Բայց ինքը ՝ Մարքսը, այնքան էլ համոզված չէ մարքսիստական ​​աշակերտների, հատկապես ֆրանսիացիների հեղափոխական և ուտոպիական մեսիանիզմով, մեկնաբանելով ինչպես իր փեսայի աշխատանքը, այնպես էլ նրա ելույթները Ժյուլ Գյուզդենա գրում է. «Եթե սա մարքսիզմ է, հաստատ ինչ է, որ ես մարքսիստ չեմ»(27),(28),

Diesենին ՝ իր կինը, ով նրան հավատարմորեն աջակցել էր, մահանում է , 1882-ին, հիվանդությունից սպառված, Մարքսը գնաց Ալժիրի փետրվարից մայիս ՝ բուժելու համար: Նրա համառ հազը խանգարում է նրան այցելել երկիր: Այս պահին նա վերջին անգամ լուսանկարվում է: Դոկտոր Ստեֆանը, ով նրան բուժում է, չի կարող դադարեցնել իր հիվանդությունը. նա դժգոհում է մենությունից և Էնգելսին գրում է. «Լոնդոնի իմ դուստրերին ասեք, որ նրանք պետք է գրեն հին Նիքին, առանց սպասելու, որ նա կգրավի նրանց»:, Նա կրկին մեկնարկում է մայիսի 2-ին և հակիրճ մնում monaco, որպեսզի վերադառնանք Argenteuil, Փարիզի մերձակայքում, որտեղ ապրում է նրա դուստրը Enենի Լոնգուետ,

Մի քանի ամիս անց Մարքսը հանգիստ դուրս է գալիս իր աթոռից , մահը պալարախտ(29), Նա թաղված է կնոջ մոտ Highgate գերեզմանատուն Լոնդոնում: Երկու ամուսինները կոտրվել էին իրենց սոցիալական ծագմամբ և հավատարիմ էին մնացել անբարենպաստ դժբախտության մեջ, ինչպես դժբախտության մեջ ՝ մարդու ազատման իդեալին:(30),

Հեգնանքով երբ գիտես փողի մասին նրա քննադատությունը(31)2015-ի ամռանից ի վեր նրա այցը գերեզման վճարում է և արժե չորսից վեց ֆունտ ստերլինգ(32:),

Փիլիսոփայական մատերիալիզմ(փոփոխություն | փոխել ծածկագիրը)

Ինքնագիր Կարլ Մարքլը վերցնելով հայտնիներին 11e: թեզ Ֆեբերբախի վերաբերյալ (1845). « Die Philosophen haben die Welt nur verschieden interpretiert, es kömmt drauf an, sie zu verändern. «

Ոգեշնչված է մատերիալիզմ հնաոճ (նրա դոկտորական թեզը վերաբերում էրatomism Guest: Democritus իսկ Էպիկուրի և նրա տեսությունը clinamen, ինչը նրան թույլ տվեց պահպանել ազատություն is կամք մարդ ֆիզիկական տեսության շրջանակներում determinist) և ուզում է լինել քննադատքաղաքական տնտեսությունԿարլ Մարքսի միտքը վճռականորեն մատերիալիստական ​​է. «Societyանկացած հասարակության պատմությունը մինչ օրս պատմություն է դասական պայքարներ «, écrit-il ainsi dans le Manifeste communiste, rédigé peu avant les Révolutions de 1848, Comme Marx le remarque dans les Thèses sur Feuerbach, « les philosophes n'ont fait jusqu'ici qu'interpréter le monde, il s'agit maintenant de le transformer », C'est en cela que le marxisme peut être vu comme un dépassement de la philosophie,

Marx veut remettre « la dialectique hégélienne sur ses pieds », et estime donc que c'est la matière qui est première, et non l'esprit, c'est-à-dire que « le mouvement de la pensée n'est que le reflet du mouvement réel, transporté et transposé dans le cerveau de l'Homme » (Le Capital). Il rompt ainsi avec l'idéalisme de la Phénoménologie de l'Esprit Guest: Hegel, ainsi qu'avec l'Idéalisme allemand, pour lequel les objets sont de simples copies de « l'Idée » et pour lequel le « mouvement réel » de l'Esprit absolu dans l'Histoire (Hegel) ne prend conscience de lui-même que dans la conscience du philosophe.

Le matérialisme selon Marx ne s'arrête pas à la dimension purement physique de l'Homme, comme c'était le cas de ses prédécesseurs. Marx insiste sur le « matérialisme social » qui fait (réalise) l'Homme, c'est-à-dire toutes les relations sociales qui le construisent (la famille, les rapports hiérarchiques, la réalisation (objet) de son travail au sein de la société et les formulations qu'il en donne, etc.).

Selon Jacques Ellul, il n'existe pas pour Marx une « nature humaine », mais une « condition humaine », qui varie selon les époques. Marx parle de « Gattungwesen «,

Cependant, Marx reproche à l'ancien matérialisme le fait qu'il conçoive l'être humain comme une abstraction, et non comme le produit de l'ensemble de tous ses rapports sociaux, le fait qu'il ne serait pas historique, etc., ce qu'il qualifie de matérialisme « vulgaire » par son aspect mécaniste.

Dialectique(modifier | modifier le code)

որ dialectique hégélienne, essentiellement formulée sur une base idéaliste, implique l'idée selon laquelle le monde ne peut être considéré que comme « un complexe de choses achevées » (Engels), « un système logique sur la réalité au risque de faire rentrer celle-ci de force dans le moule forgé par l'esprit »(33), une succession de processus complexes où les choses (y compris les reflets qui s'y impriment dans le cerveau de celui qui pense) sont en constant développement alternant entre l'être et le devenir quant à une finalité (Dieu). Selon Hegel, ce développement est une évolution discontinue, faite de bonds, de catastrophes, mue d'impulsions internes, de contradictions, etc., allant vers une finalité prédéterminée : l'Absolu,

Marx reprend la logique hégélienne et en retient la notion de l'aliénation, dont il tire une théorie concrète, fondement de ce qui a été appelé matérialisme dialectique (le terme n'est pas de Marx lui-même, qui ne l'a jamais employé, mais il a été utilisé par certains marxistes pour désigner la redéfinition de la dialectique opérée selon eux par Marx et Engels(34),(35)). Chez Marx, la dialectique est une méthode permettant d'analyser les relations contradictoires entre les forces sociales dans une période historique donnée, et en déduire un mouvement historique(36), Marx, pour étudier une réalité objective déterminée, analyse les aspects et éléments contradictoires de cette réalité, sans négliger le fait que la réalité doit être analysée dans son unité, c'est-à-dire dans son mouvement. La recherche doit s'approprier son objet en analysant et découvrant les relations internes des éléments qui le composent. La méthode marxiste, s'inspirant de Hegel, affirme que l'analyse suffisamment approfondie de toute réalité atteint des éléments contradictoires, et insiste sur le fait que la réalité à atteindre par analyse est une réalité en mouvement. Chaque objet étudié ayant son originalité, le savant doit se proposer d'atteindre la loi propre de cet objet, à savoir son devenir. La « dialectique marxiste » diffère de la dialectique hégélienne en ce que sa méthode se défie de l'abstraction et affirme que l'idée générale ne dispense pas de saisir en lui-même chaque objet. Les éléments d'un objet d'étude, par exemple un pays donné, sont analysés en tenant compte de leur réalité concrète, à savoir, s'agissant d'un pays, ses groupes concrets de populations et leurs rapports de classe concrets (capital, salariat). L'analyse rencontre partout des éléments contradictoires et indissociables et doit les distinguer sans perdre leur lien. Pour Marx, l'exposition du tout concret à partir de ses éléments est la seule méthode scientifique : la méthode dialectique analyse chaque élément dans ses conditions concrètes qui, prises dans le mouvement réel, acquièrent un caractère historique. L'analyse vise alors à exposer et à comprendre la totalité que constitue la structure économique et sociale, l'effort intellectuel se basant sur la connaissance de cette totalité concrète et non sur des conceptions abstraites(37),

Matérialisme historique(modifier | modifier le code)

Ce que cherche Marx à travers le matérialisme historique, c'est de trouver pourquoi des changements ou des révolutions dans les arts, les sciences, la philosophie, le juridique, etc. surviennent à des moments différents selon les pays et pourquoi ils sont différents selon les époques(38),

Pour Marx, les êtres humains ne peuvent survivre sans organisation. Or, ces dernières sont en grande partie déterminées par les modes de production qui ne peuvent être changés graduellement. Les modes de production à leur tour déterminent les relations de classe. « La technologie, dit Marx, met à nu le mode d'action de l'Homme vis-à-vis de la nature, le procès de production de sa vie matérielle, et, par conséquent, l'origine des rapports sociaux et des idées ou conceptions intellectuelles qui en découlent (Le Capital, livre I) », Ainsi, le travail, par les améliorations techniques que son évolution implique, conduit à transformer les structures de la société. Qu'on pense seulement à la différence entre le travail d'un paysan du siècle dernier et un informaticien, ou bien, pour reprendre un exemple de Karl Marx, extrait de Misère de la philosophie(39) :

« En acquérant de nouvelles forces productives, les hommes changent leur mode de production, et en changeant le mode de production, la manière de gagner leur vie, ils changent tous leurs rapports sociaux. Le moulin à bras vous donnera la société avec le suzerain ; le moulin à vapeur, la société avec le capitalisme industriel. «

Malgré tout, le déterminisme marxien n'est que partiel. En effet, si l'« être social explique la conscience sociale : dans la production sociale de leur existence, les hommes entrent en des rapports déterminés, nécessaires, indépendants de leur volonté, rapports de production qui correspondent à un degré de développement déterminé de leurs forces productives matérielles. « (Contribution à la Critique de l'Économie Politique), néanmoins l'être humain a son libre arbitre, ses passions , ses intérêts. Toutefois, pour Ernest Mandel(40), les intérêts de classe sont prédominants sur les intérêts ou les passions individuelles. Il note : « le résultat de la collision de millions de passions, d'intérêts et d'options est essentiellement un effet de logique sociale et non de psychologie individuelle », La liberté humaine est donc limitée par la lutte des classes. En fait pour Marx la liberté c'est surtout d'avoir du temps de loisir disponible pour développer ses talents, ses potentialités(38) ce que peut faire la classe gouvernante. Le but pour lui est donc de libérer la classe ouvrière en développant assez les forces productives pour limiter le temps de travail des prolétaires et arriver à la société sans classe(41),

L'État pour Marx est « constitué de groupes de personnes séparés et à part du reste (la majorité) de la société », c'est un instrument de maintien d'une certaine structure sociale et de classes données. L'émergence de la société sans classe permet de s'en passer et d'arriver à une société d'auto-administration. Toutefois avant d'atteindre cette phase ultime, il faut passer pour Marx par la dictature du prolétariat qu'il voit comme un État qui cherche à assurer sa propre dissolution(41),

Mouvement de l'Histoire(modifier | modifier le code)

Au cours de l'Histoire, les progrès techniques permettent d'accroître la production. Après un certain temps, un conflit naît au sein de la société, où les rapports sociaux changent : la classe sociale qui détient les nouvelles techniques prend de l'importance sur la classe sociale dominante, fondée sur l'ancien modèle de production. Exemple : du système féodal où le suzerain possédait les terres et ceux qui la travaillaient, et le rôle du clergé sur la société, on est passé à une société dominée par la bourgeoisie au cours de la révolution industrielle du XVIIIe: siècle. Ainsi, selon Marx, est née une nouvelle forme de l'économie : le capitalisme, qui suppose une nouvelle forme de propriété privée, garantie par une institution juridique nouvelle.

Marx, dans son œuvre(42), a résumé l'histoire humaine en 4 étapes (la cinquième à venir étant, selon lui, la période socialiste), correspondant à des techniques et des modes de production différents :

  • la communauté primitive
  • la société esclavagiste (la société romaine)
  • le régime féodal
  • le régime capitaliste

Marx pense que le sens de l'Histoire est à terme inéluctable, et qu'elle aboutit toujours à cette troisième étape, critique, de restructuration sociale. Les rapports de production finissent tôt ou tard par être contestés, par ne plus être adaptés au développement, par être insupportables pour une part importante de la population : les structures de la société, qui paraissaient immuables, doivent alors changer.

Lutte des classes(modifier | modifier le code)

La lutte des classes est l'opposition, au sein de la société civile, entre divers groupes de la population, qui se distinguent selon leur mode de vie et l'origine de leurs revenus.

  • aristocratie financière : banquiers, boursicoteurs, propriétaires (terres, mines de charbon et de fer, forêts, chemins de fer, etc.). Leurs revenus sont la rente et les intérêts,
  • bourgeoisie industrielle : propriétaires des usines, des manufactures et des machines, entrepreneurs. Leurs revenus sont les profits du capital,
  • classes laborieuses : ouvriers et paysans. Leur revenu est le salaire de leur force de travail,

Selon la conception matérialiste de l'histoire (appelée aussi matérialisme historique), les oppositions entre ces classes sociales constituent le fil conducteur qui permet de comprendre la succession des sociétés et des périodes historiques. La théorie de la lutte des classes avance qu'exceptées les communautés primitives, toutes les sociétés historiques sont composées de classes en opposition constante (homme libre et esclave, patricien et plébéien, seigneur et serf, patrons et ouvriers), cette opposition étant le moteur même de l'histoire.

Origine(modifier | modifier le code)

L'idée selon laquelle la société n'est pas homogène, mais que ses membres ont des aspirations divergentes, et parfois contradictoires, n'est pas nouvelle.

Le concept et l'expression de « lutte des classes » viennent d'historiens contemporains de Marx, notamment français, en particulier de François Guizot (dont il possédait deux ouvrages, Histoire de la civilisation en France իսկ Histoire générale de la civilisation en Europe ; il recensa aussi le livre Pourquoi la révolution d'Angleterre a-t- elle réussi ? Discours sur l'histoire de la révolution d'Angleterre).

François Guizot écrit :

« le troisième grand résultat de l'affranchissement des communes, c'est la lutte des classes, lutte qui remplit l'histoire moderne. L'Europe moderne est née de la lutte des diverses classes de la société. Ailleurs (…) cette lutte a amené des résultats bien différents : en Asie, par exemple, une classe a complètement triomphé, et le régime des castes a succédé à celui des classes, et la société est tombée dans l'immobilité. Rien de tel, grâce à Dieu, n'est arrivé en Europe. Aucune classe n'a pu vaincre ni assujettir les autres : la lutte des classes, au lieu de devenir un principe d'immobilité, a été une cause de progrès : les rapports des diverses classes entre elles, la nécessité où elles se sont trouvées de se combattre et de se céder tour à tour, la variété de leurs intérêts et de leurs passions, le besoin de se vaincre, sans pouvoir en venir à bout, de là est sorti peut-être le plus énergique, le plus fécond principe du développement de la civilisation européenne. «

Histoire générale de la civilisation en Europe (1838)

Marx confiait volontiers son emprunt. En 1852, il écrivait :

« Ce n'est pas à moi que revient le mérite d'avoir découvert ni l'existence des classes dans la société moderne, ni leur lutte entre elles. Bien longtemps avant moi, des historiens bourgeois avaient décrit l'évolution historique de cette lutte des classes, et des économistes bourgeois en avaient analysé l'anatomie économique. «

Lettre à Joseph Weydemeyer du 5 mars 1852

Le point de vue de Marx(modifier | modifier le code)

Marx étudie la manière dont la bourgeoisie moderne est née au sein même de la société féodale, a grandi jusqu'à représenter une force sociale qui est entrée en conflit avec l'ancienne classe dominante des nobles. Après avoir renversé le régime féodal, la bourgeoisie a bouleversé le monde, modifié les rapports sociaux, les valeurs, l'idéologie dominante, et développé les sciences et les techniques à un point inimaginable auparavant.

Toutefois, selon Marx, elle a également fait surgir une nouvelle classe sociale, le prolétariat moderne, c'est-à-dire la classe de tous ceux qui n'ont que leur force de travail à vendre, et dont les intérêts entrent directement en conflit avec ceux de la bourgeoisie. Marx estime que de toutes les classes existantes dans la société moderne, seule la classe ouvrière est réellement capable de transformer la société.

Capitalisme(modifier | modifier le code)

Le capitalisme naît du développement de l'artisanat dans le régime féodal et de l'apparition de la classe bourgeoise, Le développement de la technique demande de plus en plus à l'artisan de faire appel à de nouveaux travailleurs, qui sont alors sous l'égide du seigneur (les serfs, paysans).

Le régime capitaliste se caractérise ensuite par le développement continu des techniques, qui permettent de produire de plus en plus. Les prix diminuent alors et font disparaître les entreprises les moins rentables, augmentant la classe prolétarienne, Cette classe a de plus en plus de mal à acheter les marchandises produites par le système, qui entre en contradiction. Une autre contradiction est la concentration du capital dans un petit nombre de mains, situation qui ne peut durer face à l'organisation de la classe prolétarienne.

Économie(modifier | modifier le code)

Marx ne s'est pas contenté de dénoncer les méfaits du capitalisme naissant de l'époque (comme l'extrême misère des ouvriers anglais d'alors), mais il a cherché à analyser les conditions qui ont permis la naissance du capitalisme, et les lois qui guident la production de marchandises. Pour cela, il s'est appuyé sur les travaux des économistes de son temps, et reconnaissait la valeur de certaines de leurs observations, mais les trouvait incomplètes.

Il reprochait à l'économie politique d'être formée comme une science exacte, qui avait éliminé l'Homme de ses paramètres, et l'avait réduit à ses qualités de producteurs իսկ consommateurs, Un autre reproche était le manque de questionnement de ses fondements(43) :

« L'économie politique part de fait de la propriété privée. Elle ne vous l'explique pas. Elle exprime le processus matériel que décrit en réalité la propriété privée, en formules générales et abstraites, qui ont ensuite pour elle valeur de lois. Elle ne saisit pas ces lois, c'est-à-dire qu'elle ne montre pas comment elles résultent de l'essence de la propriété privée. «

Travail et propriété privée(modifier | modifier le code)

Dans la conception philosophique de Marx, le travail est le prolongement de l'Homme, c'est une partie de son existence individuelle. Il aboutit à une reconnaissance par les autres hommes, et crée une solidarité entre individus. Il lie intimement le travailleur et celui qui bénéficie de ce travail. C'est aussi un moyen de subsistance, directe dans les systèmes pré-capitalistes (sociétés paysannes), indirecte dans le système capitaliste(réf. nécessaire),

« Supposons que nous produisions comme des êtres humains : chacun de nous s'affirmerait doublement dans sa production, soi-même et l'autre. 1) Dans la production, je réaliserais mon individualité, ma particularité ; j'éprouverais, en travaillant, la jouissance d'une manifestation individuelle de ma vie, et, dans la contemplation de l'objet, j'aurais la joie individuelle de reconnaître ma personnalité comme une puissance réelle, concrètement saisissable et échappant à tout doute. 2) Dans ta jouissance ou ton emploi de mon produit, j'aurais la joie spirituelle de satisfaire par mon travail le besoin humain de réaliser la nature humaine et de fournir, au besoin d'un autre, l'objet de sa nécessité. 3) J'aurais la conscience de servir de médiateur entre toi et le genre humain, d'être reconnu et ressenti par toi comme un complément à ton propre être et comme une partie nécessaire de toi-même, d'être accepté dans ton esprit comme dans ton amour. 4) J'aurais, dans mes manifestations individuelles, la joie de créer la manifestation de ta vie, c'est-à-dire de réaliser et d'affirmer dans mon activité individuelle ma vraie nature, ma sociabilité humaine. Nos productions seraient autant de miroirs où nos êtres rayonneraient l'un vers l'autre. «

— Karl Marx, Écrits économiques, tome 2, Gallimard, NRF, La Pléïade, Paris, 1963 p. 22, cité par Alain Lipietz dans André Gorz et l'aliénation, 2017

Si Marx a cautionné cette idée hégélienne dans sa jeunesse, sur la fin de sa vie on peut douter qu'il ait gardé une telle définition (du moins après les manuscrits de 1844 et L'Idéologie allemande). Ainsi dans sa critique du programme de Gotha et dans son texte polémique contre le protectionnisme éducateur de List, Marx écrit : « Qu'établit-on par exemple pour le salaire ? La vie du travailleur. De plus on établit par ce moyen que le travailleur est l'esclave de capital qu'il est une « marchandise » une valeur d'échange dont le niveau plus ou moins élevé, la hausse ou la baisse, dépendent de la concurrence, de l'offre et de la demande. On établit ici que son activité est du « travail ». Maintenant, oublions tout cela. Le « travail » est la base vivante de la propriété privée, la propriété privée étant sa propre source créatrice. La propriété privée n'est rien d'autre que du travail matérialisé. Si l'on veut lui porter un coup fatal, il faut attaquer la propriété privée non seulement comme état objectif ; il faut l'attaquer comme « activité », comme « travail ». Parler de travail libre, humain, social, de travail sans propriété privée, est une des plus grandes méprises qui soient. Le « travail » est par nature l'activité asservie, inhumaine, antisociale, déterminée par la propriété privée et créatrice de la propriété privée. Par conséquent, l'abolition de la propriété privée ne devient une réalité que si on la conçoit comme abolition du « travail », abolition qui naturellement n'est devenue possible que par le travail lui-même, c'est-à-dire par l'activité matérielle de la société elle-même (…) »(44),

Dans la société capitaliste, le travail a changé de nature : il est devenu aliénant, il subordonne l'individu aux moyens de production privée. Il est dépourvu de ses valeurs humaines. Il n'a d'autres finalités qu'une production de marchandises vénales, destinées à des échanges économiques. En effet, il fait remarquer que l'ouvrier à la chaîne, ne s'identifie pas ou peu à son travail, mais plutôt à ce qu'il va faire de son salaire. Le producteur devient un anonyme aux yeux de l'acheteur. Le travail devient alors abstrait. Ce travail est abstrait justement car il se fonde sur une « moyenne » de productivité imposée par la composition organique du capital. Comme le dit Marx dans le premier chapitre du Capital, si c'est bien le temps de travail nécessaire qui détermine la valeur d'un objet, il ne suffit pas de produire en dix heures un objet qui en moyenne en prend cinq pour pouvoir le vendre deux fois plus cher, c'est le temps socialement compris qui comptera pour déterminer la valeur. Phénomène qui explique la tendance à la concentration du capital car ceux ne pouvant s'aligner sur les taux de productivité ne peuvent suivre et sont donc contraints à la faillite)(45),

Marx différencie la propriété des objets (propriété objective) qui existent indépendamment du travail humain (une terre, un arbre, un cheval), de la propriété subjective induite par le système capitaliste.

La propriété subjective existe lorsqu'intervient le travail humain dans la production d'un objet. Une marchandise contient du travail humain. La propriété privée subjective (subjective, parce qu'elle contient l'idée qu'un sujet — l'Homme — l'a produite) est une appropriation du travail humain. Posséder une marchandise (une maison, une entreprise, une machine), c'est détenir du travail humain, donc cela crée une domination de l'Homme par lui-même. N'oublions pas que le travail est, chez Marx, une partie et un prolongement de l'Homme(réf. nécessaire),

Consommation et production(modifier | modifier le code)

Ces concepts sont intimement liés chez Marx. որ consommation, chez Marx, n'a pas le sens commun des économistes. Elle regroupe à la fois la consommation d'objets (matières premières, produits manufacturés, etc.) et la consommation du travail de l'Homme. L'Homme est toujours présent dans la réflexion de Marx, cela fait partie de son originalité par rapport aux économistes classiques. որ production, c'est notamment la consommation du travail. Réciproquement, l'acte de consommer (au sens commun) un objet, c'est l'étape finale de la production. Il y a une identité entre les deux notions.

Production, distribution et échange(modifier | modifier le code)

Dans la société capitaliste, il n'y a plus rapport direct entre le producteur d'un bien, et celui qui va le consommer. որ distribution, fonction intermédiaire, dépend de la structure sociale (rapports de domination sociale, salaires, etc.).

Dans sa notion de distribution, Marx, encore une fois, inclut aussi la distribution sociale, à comprendre au sens de proportions de personnes dans les différentes classes sociales.

L'échange final du bien, qui s'opère avec de l'argent dans la société capitaliste, finalise le cycle.

Origines du capitalisme(modifier | modifier le code)

Le capitalisme nécessite la libération du travail. Qu'est-ce qu'un travailleur « libre » selon Marx ? C'est un travailleur disponible pour être utilisé comme moyen de production, à la différence des sociétés paysannes, où les individus étaient la propriété du seigneur, et donc indisponible pour des activités industrielles. Une personne « non libre » dans le sens de Marx sera par exemple une femme au foyer, ou une personne âgée retraitée et étant empêchée de travailler, ou encore un mineur que des lois protègent. որ institutions (par exemple les États, par les lois) peuvent jouer un rôle empêchant ou diminuant cette « libération ». որ coutumes et les religions aussi (refus du travail des femmes, par exemple).

Une autre condition pour que le système capitaliste existe, c'est que les moyens de la production soient également « libérés », c'est-à-dire disponible pour les capitalistes. Il ne faut pas qu'ils soient détenus de façon constante par des personnes. Les personnes ne doivent pas être intimement liées à ces moyens de production, comme pouvaient l'être les serfs vis-à-vis de la terre du seigneur au Moyen Âge, ou les esclaves dans l'Antiquité ou dans les empires coloniaux. Un esclave est directement un objet pour la production. Dans le même ordre d'idées, pour être qualifié de prolétaire il ne faut pas que le travailleur possède ses instruments de travail (sinon, il pourrait subvenir lui-même à ses besoins).

Lorsque ces conditions sont réunies, les Hommes sont disponibles, le travail peut alors être acheté sous la forme du salariat,

Capital(modifier | modifier le code)

Le Capital, de Karl Marx, couverture de l'édition originale du livre I (1867).

Le capital regroupe plusieurs formes : le capital-objet (les machines, les produits), le capital-travail (les Hommes à qui on peut acheter le travail), le capital-argent.

La formation des richesses avait plusieurs origines avant Marx : les physiocrates y voyaient la productivité de la terre (cultures, élevages), les socialistes de l'époque y voyaient une exploitation des ouvriers par les patrons, et les libéraux y voyaient un prélèvement sur le prix de ventes des marchandises.

Marx nie tout cela. L'enrichissement vient de la création de la richesse. Cette création de la richesse vient du travail (la valeur-travail). L'employé vend sa force de travail à un patron qui utilise celle-ci à sa guise. Le prix de la force de travail est le salaire, Le travail permet de dégager une valeur supplémentaire, qui sera récupérée par le patron, c'est la plus-value, Ce n'est pas à proprement parler un vol : le salaire sert à couvrir les moyens de subsistance de l'employé, pour lui permettre de régénérer sa force de travail.

Ce mécanisme de production de capital va se concentrer par la circulation du capital : les patrons dans leur ensemble dégagent un bénéfice, peuvent réinvestir et bénéficient ainsi d'une croissance infinie en capital. Cependant, certains feront faillite, réduisant le nombre de capitalistes. Ils rejoindront la classe ouvrière et permettront d'augmenter la force de travail employable pour les capitalistes. Ce phénomène de concentration du capital est constant, et a nécessairement une limite, au-delà de laquelle la société capitaliste disparaîtra.

որ prolétariat selon Marx est la classe des personnes qui travaillent pour un capitaliste. On dirait aujourd'hui que cela représente l'ensemble des salariés, Un cadre en informatique est un « prolétaire » selon Marx, un employé d'une boulangerie est également un prolétaire. Selon l'analyse marxiste, le capital lié à l'activité des boulangeries, comme tout capital, se concentre. On pourrait ainsi estimer que l'apparition des réseaux de distribution de pains modernes (comme l'entreprise Banette) fait partie du sens de l'Histoire. Les anciens boulangers propriétaires disparaissent, et rejoignent le prolétariat, alors que le capital se concentre.

Théorie de la valeur(modifier | modifier le code)

La théorie de la valeur consiste en l'idée que la valeur d'une marchandise vient du temps de travail socialement nécessaire pour la produire et l'amener au marché.

Plus-value(modifier | modifier le code)

La plus-value correspond à la part de « surtravail » effectuée par le travail vivant, soit la quantité de travail supplémentaire effectuée par le travail vivant et ne recevant pas son équivalent en termes de salaire. Cette plus-value produite par le travail vivant est ensuite traduite en prix à travers sa réalisation dans l'échange marchand et correspond alors au concept de profit. Là où la plus-value doit être pensée en tant que valeur abstraite, le profit constitue son expression phénoménale à travers le mécanisme des prix. Mais ces deux concepts ne doivent pas pour autant être confondus puisqu'il peut arriver que, dépendamment du jeu de l'offre et de la demande sur le marché, les profits exprimés en prix ne correspondent pas nécessairement à la plus-value produite par le travail(46),

Argent, monnaie et richesse(modifier | modifier le code)

En RDA et jusqu'à la chute du Mur de Berlin, Karl Marx figurait sur les billets ayant la plus grosse valeur.

La monnaie (à comprendre au sens de pièces de monnaie) est la forme objective de l'argent.

Dans la pensée de Marx, l'argent en tant que concept occupe une place importante.

D'abord, l'argent apparaît lors des échanges (achat-vente de marchandises). Ensuite, il est la substance de la richesse. La richesse et l'argent sont avant tout des abstractions. La monnaie, elle, est sa forme objective.

Chez Marx, tout est marchandise en système capitaliste (objet manufacturé, comme travail humain). Dans le système capitaliste, toute marchandise a donc un équivalent-argent.

Or, dans la conception philosophique de Marx, le travail est intimement lié à l'Homme. Le travail est une caractéristique essentielle de l'Homme, et est ce qui forme les relations entre eux(réf. nécessaire), Le consommateur est lié au producteur, et vice-versa.

Comme ce travail peut s'acheter avec l'argent (abstraction), dans le système capitaliste, les relations entre les Hommes tendent à être subordonnées aux relations basées sur l'argent. L'argent détruit la réalité de l'Homme en détruisant les médiations entre eux. C'est l'argent qui devient la médiation entre les Hommes (par le salaire, et les échanges économiques).

Marx pense même que les relations entre les serfs et les seigneurs au Moyen Âge étaient de ce point de vue beaucoup plus humaines que celle entre les ouvriers et les patrons de l'ère industrielle(47)(citation nécessaire),

L'argent comporte également plusieurs contradictions, dont en voici une importante : l'argent n'est au début qu'un moyen d'échange de marchandises. Mais, dans le système capitaliste, il va devenir le but du capitaliste, c'est-à-dire un objet de valeur qu'il faut acquérir et accumuler en tant que tel(48)(citation nécessaire),

L'Homme a une dépendance vis-à-vis de l'argent. L'Homme ne peut rien, par contre l'argent peut tout : il est le pouvoir, il est l'équivalent des marchandises. L'Homme a donc inventé une abstraction qu'il vénère et qui le surpasse(citation nécessaire),

L'argent a également un effet sur la moralité des Hommes. Comme on peut échanger toute marchandise contre toute autre (dont le travail humain, c'est-à-dire l'Homme), la forme ultime du capitalisme est la prostitution généralisée de l'Homme.

Chez Marx, la monnaie permet de tromper le salarié. L'esclave est payé par les subsistances vitales que lui procure son maître, tandis que le salarié croit obtenir un salaire monétaire qui lui offre une liberté de choix dans sa consommation. Mais cette liberté n'est qu'une illusion qui vient tromper le salarié sur sa situation réelle : en fait son salaire monétaire ne lui permet que d'acheter le minimum vital que le maître procurait directement à l'esclave. Cette illusion est l'apport essentiel de la monnaie dans les rapports sociaux du système de production capitaliste.

Idéologies et domination(modifier | modifier le code)

Pour Marx, les idéologies sont produites par les Hommes, mais ce sont des mystifications, des illusions collectives, que les Hommes se font d'eux-mêmes, car elles sont déterminées par les rapports que l'Homme a avec le monde, elles sont déterminées par le contexte social dans lequel vit l'Homme. Si le théoricien ne fait pas un travail d'auto-analyse, il ne pourra pas construire des idées et des concepts pertinents, décrivant véritablement la réalité. Ce sont des formes de fausse conscience.

Pourquoi les Hommes construisent-ils des idéologies, selon Marx ? Essentiellement pour se justifier, et se donner bonne conscience(réf. nécessaire),

Par exemple, un monde où la classe dominante exploite la classe dominée va produire une idéologie qui va non pas mettre en évidence l'exploitation, mais bien au contraire justifier les rapports entre les classes (avec des principes, des institutions, des lois, des coutumes, etc., qui sont des produits de l'idéologie de justification des inégalités de classe).

Si l'idéologie est surtout produite par la classe dominante, il est nécessaire que l'ensemble des Hommes croient en l'idéologie ainsi mise en place, aussi bien la classe dominante que la dominée. Elle doit être universellement admise. La classe dominée ne doit pas voir le produit de l'idéologie comme une construction humaine, mais plutôt comme une évidence naturelle.

C'est ainsi que Marx considère que « les idées dominantes d'une époque n'ont jamais été que les idées de la classe dominante » (Manifeste du parti communiste). Contre les idéologies aliénantes issues des classes dominantes au fil du temps, Marx estime que l'Humanité doit instaurer une société sans division en classes sociales, empêchant ainsi la domination d'une classe dominante.

Religion(modifier | modifier le code)

Marx critique vivement le rôle de la religion et les aspects philosophiques et sociaux de cette dernière. Marx est matérialiste et s'en revendique : il est ainsi athée,

Marx s'intéresse surtout à la religion à cause du rôle qu'elle exerce sur la société. Pour Marx, la religion est une structure créée par la société, et qui évolue selon ses besoins. La religion et les Hommes qui la font (prêtres, évêques, etc.) sont des alliés objectifs de la classe dominante (et, pour ce qui est du haut clergé, en est directement membre).

Il analyse l'évolution de la religion en Europe : d'abord, il y avait des structures religieuses païennes, qui permettaient aux Hommes de justifier des phénomènes climatiques qu'ils ne comprenaient pas. Les dieux étaient des dieux locaux, chaque peuple avait les siens, ils étaient souvent liés à des phénomènes de la nature.

Ensuite, l'expansion romaine à travers l'Europe et le bassin méditerranéen a fait naître une conscience géographique plus étendue, et les religions locales ont disparu au profit du christianisme, Pendant le Moyen Âge, la transition au catholicisme a structuré l'Église : des hiérarchies structurées sont progressivement apparues (Pape, évêques, curés), avec qui le pouvoir (les rois et la noblesse) a dialogué de façon constante pour le partage du pouvoir sur les peuples. La dîme, prélevée au peuple au profit de l'Église, a été instaurée. L'éducation des enfants était prise en charge directement par l'Église.

La naissance du capitalisme a fait apparaître une volonté de réforme du catholicisme à travers le protestantisme et le « capitalisme judaïque », Ce terme a valu des critiques à Marx et un débat sur son éventuel antisémitisme, bien que Marx soit juif d'origine, mais athée. Dans les faits, Marx s'oppose au judaïsme en tant que religion, car il est une oppression comme selon lui toutes les autres religions. Il rappelle également que la plupart des juifs étaient pauvres et exploités. Il critique donc le judaïsme, comme d'une manière générale le christianisme, pour avoir aidé le système capitaliste à apparaître. En revanche il milite et pétitionne auprès de son Assemblée provinciale pour obtenir l'émancipation politique des juifs sans que ceux-ci aient à renier leur religion(49),

Cependant, de nombreux écrits de Marx jettent un doute sur ces affirmations apologétiques. On peut par exemple citer Sur la Question juive :

« Quel est le fond profane du judaïsme ? Le besoin pratique, l'utilité personnelle. Quel est le culte profane du Juif ? Le trafic. Quel est son Dieu profane ? L'argent. Eh bien, en s'émancipant du trafic et de l'argent, par conséquent du judaïsme réel et pratique, l'époque actuelle s'émanciperait elle-même. «

« L'argent est le dieu jaloux d'Israël, devant qui nul autre dieu ne doit subsister. «

« Le dieu des Juifs s'est sécularisé et est devenu le dieu mondial. Le change, voilà le vrai dieu du Juif. Son dieu n'est qu'une traite illusoire. «

ou encore ses correspondances avec Engels :

« Cette ordure de correspondant berlinois du Daily Telegraph, est un juif du nom de Meier, parent du propriétaire de l'affaire, un juif anglais du nom de Levy. » (lettre à Engels, 9 février 1860(50))

« Le négro-juif Lassalle (…). J'ai maintenant acquis la certitude, comme le prouvent la conformation de son crâne et la pousse de ses cheveux, qu'il descend des nègres qui se joignirent à Moïse lors de la traversée de l'Egypte (à moins que sa mère ou sa grand-mère n'aient eu des relations avec un nègre). Il est certain que ce mélange de Juif et d'Allemand avec la substance de base du nègre devait donner un curieux résultat. L'importunité du camarade est également typique du nègre. » (lettre à Engels, au sujet du socialiste allemand Ferdinand Lassale, 30 juillet 1862(51))

qui affichent des sentiments racistes allant bien au-delà de la simple critique de la religion.

Selon Marx, la religion permet de justifier les inégalités sociales, et permet au prolétariat de mieux les supporter. Elle laisse le peuple dans l'illusion que sa condition n'est pas si terrible, en lui donnant des exemples de morales religieuses, des bienfaits de la souffrance, etc.

Marx pense que si on élimine la religion, la classe ouvrière prendra conscience de sa misère, la refusera, et permettra la naissance d'une société socialiste(réf. nécessaire),

Ce que dénonce avant tout Marx, c'est l'effet anesthésiant, aliénant et mystifiant des religions sur la mentalité collective. De là son expression célèbre, résumée sous la forme apocryphe :

« La religion est l'opium du peuple. «

Et dont la formulation complète est :

« La religion est le soupir de la créature accablée par le malheur, l'âme d'un monde sans cœur, de même qu'elle est l'esprit d'une époque sans esprit. C'est l'opium du peuple(52), «

Marx pense que la racine de la croyance religieuse se trouve dans les conditions de vie misérables de la plus grande partie de la population. C'est la raison pour laquelle il ne pense pas que la lutte contre la religion doit se trouver au centre du militantisme communiste. Après avoir défini la religion comme « l'âme dans un monde sans âme… l'opium du peuple », il poursuit :

« L'abolition de la religion en tant que bonheur illusoire du peuple est l'exigence de son bonheur réel. Exiger qu'il renonce aux illusions sur sa situation c'est exiger qu'il renonce à une situation qui a besoin d'illusions. La critique de la religion est donc, en germe, la critique de cette vallée de larmes dont la religion est l'auréole. La critique a dépouillé les chaînes des fleurs imaginaires qui les recouvraient, non pour que l'homme continue à porter des chaînes sans fantaisie, désespérantes, mais pour qu'il rejette ces chaînes et cueille les fleurs vivantes. La critique de la religion détruit les illusions de l'homme pour qu'il pense, agisse, façonne sa réalité comme un homme sans illusions parvenu à l'âge de la raison, pour qu'il gravite autour de lui-même, c'est-à-dire de son soleil réel. La religion n'est que le soleil illusoire qui gravite autour de l'homme tant que l'homme ne gravite pas autour de lui-même. «

— Dans Introduction à la Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel

Démocratie(modifier | modifier le code)

Dans le Manifeste communiste, Marx considère que la première nécessité pour le prolétariat est « la conquête de la démocratie « (chapitre 2).

La démocratie réelle est selon Marx un des buts et des moyens essentiels de l'action du prolétariat. Cela est illustré par sa célèbre formule de 1864 : « L'émancipation des travailleurs doit être l'œuvre des travailleurs eux-mêmes »,

Aliénation(modifier | modifier le code)

L'aliénation a des sens différents selon ses applications.

Aliénation dans le travail(modifier | modifier le code)

Le travail est dans le système capitaliste une simple marchandise vendue. Le travail tue l'Homme en tuant son temps de vie.

« Un homme qui ne dispose d'aucun loisir, dont la vie tout entière, en dehors des simples interruptions purement physiques pour le sommeil, les repas, etc., est accaparée par son travail pour le capitaliste, est moins qu'une bête de somme. C'est une simple machine à produire la richesse pour autrui, écrasée physiquement et abrutie intellectuellement. Et pourtant, toute l'histoire moderne montre que le capital, si on n'y met pas obstacle, travaille sans égard ni pitié à abaisser toute la classe ouvrière à ce niveau d'extrême dégradation(53), «

Aliénation dans l'argent(modifier | modifier le code)

L'argent, dans la société capitaliste, est le seul signe de puissance, et le seul besoin. Les Hommes luttent pour l'argent. Il est l'objet de toutes les convoitises. Or l'argent est une pure abstraction. L'argent coupe de la réalité du monde, et en même temps devient l'unique vecteur pour pouvoir agir sur lui. La société de l'argent est une aliénation surtout pour ceux à qui il est pris, mais aussi pour ceux qui le prennent.

Aliénation morale(modifier | modifier le code)

L'aliénation morale est l'aliénation par l'État et la religion. L'État entretient le mythe des « citoyens » égaux (alors que les inégalités demeurent), et la religion crée une morale artificielle qui sert les intérêts de certains êtres humains (en général : de sexe masculin, riches, âgés, etc.).

Détruire les objets de l'aliénation(modifier | modifier le code)

Pour sortir de ce système, Marx préconise la destruction des objets de l'aliénation, c'est-à-dire la destruction de l'État, de la religion, de l'argent, de la marchandisation du travail,

Cette destruction est en partie idéologique : aucune violence n'est à craindre. Il suffit d'une prise de conscience. Un jour, les Hommes peuvent décider d'arrêter de croire à l'État, ils peuvent décider de ne plus croire à la religion, ils peuvent décider que la monnaie n'a plus de valeur et refuser de s'en servir comme moyen d'échange, et ils peuvent décider d'arrêter de travailler en tant que marchandise. Cela ne signifie pas l'arrêt du travail, bien sûr, mais l'arrêt de l'idée qu'il faut le faire contre un salaire. À cette prise de conscience doit s'associer un changement radical des institutions et structures de la société, pour dépasser le stade capitaliste et créer le communisme,

« À la place de l'ancienne société bourgeoise, avec ses classes et ses antagonismes de classes, surgit une association où le libre développement de chacun est la condition du libre développement de tous »(54),

Théorie du prolétariat(modifier | modifier le code)

Chez Marx, les prolétaires ne sont pas que les pauvres. Les prolétaires sont le résultat de la dynamique du système capitaliste, et d'un mouvement historique irréversible.

La prolétarisation est la double conjonction de la transformation de l'Homme en prolétaire et de l'augmentation de leur nombre.

Qu'est-ce qu'un prolétaire ? C'est un individu qui ne possède que sa seule force de travail, et pas les moyens de la production. Il est par conséquent obligé de vendre sa force de travail au capitaliste sous forme de salaire pour subvenir à ses besoins. Tout travailleur salarié est un prolétaire.

Marx avait très bien anticipé le développement du taylorisme à ce sujet. La division du travail est en effet un mouvement constant du capitalisme. Il est dû à l'amélioration des techniques et notamment des machines, qui ont fait apparaître les ouvriers spécialisés. Il est également la conséquence d'une recherche de rentabilité accrue.

Chaque salarié du système capitaliste ne devient capable que d'assurer une infime partie de la production. Son travail n'a pas de sens en lui-même. Il n'est qu'un rouage d'un immense mécanisme. Il ne peut plus avoir de vie individuelle.

De plus, du fait de cette division continue du travail, et du développement des techniques, le chômage est appelé à se développer. C'est l'« armée de réserve », et celle-ci, par sa simple présence, exerce une pression sur les salariés, qui ont peur de se retrouver au chômage. որ chômage empêche les travailleurs de se révolter. Les salaires ont donc une tendance continue à la baisse à long terme relativement aux possibilités qu'offre l'époque dans laquelle vivent les travailleurs, et la concentration du capital est aussi inéluctable.

որ prolétarisation est donc la « corrélation entre l'accumulation de richesses et l'accumulation de misères »,

Le prolétaire possède également d'autres caractéristiques(55), telle que l'absence de propriété.

Comment sortir de cette misère (parfois matérielle, mais aussi surtout psychologique) ? Il faut, selon Marx, que la société se libère du capitalisme par la révolution. Cette révolution doit libérer le prolétariat, mais aussi toutes les classes sociales, notamment les classes dominantes, qui sont également aliénées (par l'argent notamment, comme on l'a vu plus haut). C'est donc une révolution pour toutes les classes visant à abolir les classes elles-mêmes (société sans classes). Cette révolution doit être globale.

Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, ից Karl Marx, couverture de l'édition originale.

Plusieurs livres de Marx sont publiés en ligne, ainsi que des listes de ses livres(56:),(57), Plusieurs volumes de correspondances ont également été publiés après sa mort(58),

Il n'existe pour le moment aucune édition exhaustive des écrits de Karl Marx(59), L'édition la plus complète en allemand est la « MEGA » (Marx-Engels-Gesamtausgabe), initiée par David Riazanov, L'édition la plus complète en français est constituée des quatre tomes publiés dans la Bibliothèque de la Pléiade par Maximilien Rubel,

Avec Engels(modifier | modifier le code)

  • La Sainte Famille (1844/45)
  • L'idéologie allemande (1845/46)
  • Statuts de la Ligue des communistes (1847)
  • Manifeste du parti communiste (1848)(60)
  • Articles dans La Nouvelle Gazette Rhénane (1849)
  • Adresse du Comité central à la Ligue des communistes (1850)
  • Statuts de la Société universelle des communistes révolutionnaires (1850)
  • Abd El Kader ; Bugeaud ; Algérie (articles de la New American Cyclopedia, 1859)
  • Inventer l'inconnu, textes et correspondances autour de la Commune, La Fabrique, 2008

Philosophie et économie(modifier | modifier le code)

Philosophie(modifier | modifier le code)

Philosophie posthume(modifier | modifier le code)

Politique(modifier | modifier le code)

  • Remarques sur la censure (1842)
  • Le communisme et la Augsburger Allgemeine Zeitung (1842)
  • Révolution et contre-révolution en Europe. Articles dans la Neue Rheinische Zeitung (1848-1849)
  • Les Luttes de classes en France – 1848 à 1850 (1850)
  • Chroniques littéraires et politiques, dans la Neue Rheinische Zeitung. Politisch-ökonomiesch Revue (1850)
  • Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte (1852)
  • Fin de la Ligue des Communistes (1850-1853)
  • Révélations sur le procès des communistes à Cologne (Bâle, 1853)
  • Le Chevalier de la noble conscience (New York, 1854)
  • Chroniques anglaises (1852-1854)
  • Lord Palmerston (1853)
  • L'Espagne révolutionnaire (1854)
  • La Question d'Orient et la guerre russo-turque (1853-1854)
  • Les Révolutions de 1848 et le prolétariat (1857)
  • Herr Vogt (1860(62))
  • Résolution sur l'Alliance internationale de la démocratie socialiste (1868)
  • Adresse sur la guerre (1870)
  • La Guerre civile en France (1871)

Économie(modifier | modifier le code)

Poésie(modifier | modifier le code)

  1. On trouve assez souvent « Karl Heinrich Marx ». Les actes officiels portent « Carl » (naissance) ou « Karl » (mariage), sans plus. En l'honneur de son père, Marx a, à trois occasions, ajouté son prénom au sien : « Karl Heinrich » ou « Heinrich Karl », et Engels, dans son article du Handwörterbuch der Staatswissenschaften (col. 1130–1133) entérine « Heinrich Karl » ; mais cela ne justifie pas qu'on le fasse aujourd'hui. Voir Heinz Monz, Karl Marx. Grundlagen zu Leben und Werk, Trèves, NCO-Verlag, 1973, p. 214 et 354,
  2. Prononciation մեջ français de France standardisé retranscrite selon la norme API,
  3. Prononciation մեջ haut allemand standardisé retranscrite selon la norme API,
  4. « (…) le plus grand théoricien qu'aient jamais eu les révolutions », écrit Hannah Arendt dans De la révolution, Trad. de l'anglais (États-Unis) par Marie Berrane avec la collaboration de Johan-Frédérik Hel-Guedj, Collection Folio essais (n:o 581), Gallimard, 2013, page 89.
  5. (en) Kenneth Allan, Kenneth D. Allan, Explorations in Classical Sociological Theory : Seeing the Social World, Pine Forge Press, (ISBN 978-1-4129-0572-5), p. 68,
  6. « Henriette Pressburg, une juive hollandaise » écrit Franz Mehring dans Karl Marx, histoire de sa vie (1983, p. 22).
  7. (en) Julius Carlbach, Karl Marx and the Radical Critique of Judaism, Routledge, , p. 310,
  8. En Allemagne, un Gymnasium est l'équivalent d'un lycée en France,
  9. Baccalauréat en Allemagne.
  10. Jacques Attali, Karl Marx ou l'esprit monde, Fayard, 2005, p. 39,
  11. Lénine, Marx, Moscou, Editions en langues étrangères, , p.9
  12. Mehring 2009, p. 58.
  13. Christophe Prochasson, « L'invention du marxisme français », dans Jean Becker et al., Histoire des gauches en France, La Découverte, coll. « Poche/Sciences humaines et sociales », (lire en ligne), p. 426-443 (inscription nécessaire) – via Cairn.info,
  14. Marx's ‘Illegitimate Son'… or Gresham's Law in the World of Scholarship, par Terrell Carver de l'Université de Bristol.
  15. (en) Francis Wheen, Karl Marx, Fourth Estate, (ISBN 978-1-85702-637-5), p. 152,
  16. « Lettre à Proudhon », dans Karl Marx, Pierre-Joseph Proudhon, Discours, écrits et lettres, p. 84, Éditions de l'Épervier, 2010.
  17. Voir Lettre de Marx à Proudhon et réponse sur Gallica : (1),
  18. Voir sur Gallica (mais la version papier est toujours disponible) l'édition réalisée par la Fédération anarchiste en 1983. C'est la seule édition qui réunit le texte intégral de Proudhon, le texte intégral de Marx, les notes portées par Proudhon sur son exemplaire de Misère de la philosophie et des renvois du texte de Marx vers celui de Proudhon. Lire en ligne,
  19. Jean-Pierre Durand, La sociologie de Marx, p. 4:,
  20. Jean Stengers, « Ixelles dans la vie et l'œuvre de Karl Marx », Revue belge de Philologie et d'Histoire, 2004, 82-1-2, p. 349-357, lire en ligne,
  21. (en) David McLellan, Karl Marx: A biography, Londres, (ISBN 9780333639474), p. 247,
  22. Michel Dubois, Les fondateurs de la pensée sociologique, Ellipses, 1993, page 38.
  23. Le 18 juin 1862, Marx écrit à Engels : « Il m'est extrêmement pénible de t'entretenir une fois de plus de ma misère, mais que faire ? Ma femme me dit chaque jour qu'elle préférerait se trouver dans la tombe avec les enfants, et ma foi, je ne puis lui en vouloir, car les humiliations, tourments et terreurs qu'il nous faut supporter dans cette situation sont vraiment indescriptibles. «
  24. Vezina Simon Mémoire sur Henry Charles Carey pages 8 et 10
  25. Michael Perelman : How Karl Marx Helped Shape the Republican Party – Plus : Karl Marx and Henry Carey in the New-York Tribune (2)
  26. Daniel de Léon, Salaire, prix et profits, Paris, 1912.
  27. Jacques Macé, Paul et Laura Lafargue: du droit à la paresse au droit de choisir sa mort, L'Harmattan, 2003, page 77.
  28. Marc Angenot, Le marxisme dans les grands récits : essai d'analyse du discours, Presses de l'Université Laval, 2005, page 3.
  29. Erreur de référence : Balise incorrecte : aucun texte n’a été fourni pour les références nommées MAL
  30. Critique des droits de l'homme, La Question juive, Karl Marx (1843) : « (…) Toute émancipation signifie réduction du monde humain, des rapports sociaux à l'homme lui-même. L'émancipation politique est la réduction de l'homme, d'une part au membre de la société civile, à l'individu égoïste et indépendant, d'autre part au Citoyen, à la personne morale. C'est seulement lorsque l'homme individuel, réel, aura recouvré en lui-même le citoyen abstrait et qu'il sera devenu, lui, homme individuel, un être générique dans sa vie empirique, dans son travail individuel, dans ses rapports individuels, lorsque l'homme aura reconnu et organisé ses forces propres comme forces sociales et ne retranchera donc plus de lui la force sociale sous l'aspect de la force politique; c'est alors seulement que l'émancipation humaine sera accomplie. «
  31. Frédéric Saint Clair, « Tombe de Karl Marx payante : quand le capitalisme devient révolutionnaire », Le Figaro, 30 octobre 2015.
  32. (en) Alistair MacDonald et Ese Erheriene, « Death to Capitalism? Visitors to Marx's Grave Balk at Fee «, sur The Wall Street Journal, (consulté le 26 décembre 2015),
  33. Pascal Charbonnat, Histoire des philosophies matérialistes, Syllepse, 2007, p. 399.
  34. Georges Politzer, Principes élémentaires de philosophie, Éditions sociales, rééd. 1970, pages 150-151, 269-27.
  35. Henri Lefebvre, Le matérialisme dialectique, Presses universitaires de France, 1971, page 53.
  36. Archie Brown, The Rise and fall of communism, Vintage Books, 2009, page 23.
  37. Henri Lefebvre, Le Marxisme, Presses universitaires de France, édition de 1983, pages 24-35.
  38. has իսկ բMandel 2008, p. 7.
  39. Karl Marx, Misère de la philosophie, texte disponible sur internet,
  40. Mandel 2008, p. 5.
  41. has իսկ բMandel 2008, p. 8.
  42. Notamment Le Capital, Livre I, section 8 et le Manifeste du parti communiste, I. Bourgeois et prolétaires.
  43. K. Marx, Manuscrits de 1844, Éditions Sociales, p. 149,
  44. Marx, « À propos du système national de l'économie politique de Friedrich List », 1845.
  45. Sources : chapitre 1 du Capital, et plus récemment les travaux de Michel Henry, Krisis, ou plus anciennement Isaak Roubine : Essais sur la théorie de la valeur de Marx,
  46. Jean-Marie Harribey, La richesse, la valeur et l'inestimable, Les Liens qui Libèrent, , 543 p. (ISBN 1-0209-0038-5),
  47. « K. Marx – Le Capital Livre I : X.2 «, sur www.marxists.org (consulté le 18 octobre 2015),
  48. « K. Marx – Le Capital Livre I : IV «, sur www.marxists.org (consulté le 18 octobre 2015),
  49. Jacques Attali, Karl Marx ou l'esprit monde, Fayard, 2005, pages 71-73.
  50. Karl Marx, « Letters: Marx-Engels Correspondence 1860 «, sur hiaw.org (consulté le 7 mai 2018)
  51. Karl Marx, « Letters: Marx-Engels Correspondence 1862 «, sur hiaw.org (consulté le 7 mai 2018)
  52. Karl Marx, Critique de la philosophie du droit de Hegel,
  53. Marx, Salaire, prix et profit, 1865.
  54. Karl Marx, Manifeste du parti communiste, 1848.
  55. Mentionnées dans l'ouvrage de Marx La Sainte Famille,
  56. « Les Œuvres de Marx dans la Bibliothèque de la Pléiade «,
  57. « Plusieurs livres de Karl Marx sur Les Classiques des sciences sociales «,
  58. « Les correspondances de Marx «,
  59. Le projet Marx-Engels-Gesamtausgabe-2 est en cours de publication.
  60. Le Manifeste, traduction de 1901 disponible sur Gallica,
  61. որ « 1ère partie « et la « 2e partie « de sa thèse de doctorat.
  62. « Herr Vogt, de Karl Marx «,
  63. Édition française de 1909 disponible sur Gallica,
  64. Traduction de C. Longuet, 2:e: éd. disponible sur Gallica,
  65. Traduction française, édité en 1872 disponible sur Gallica,
  66. Traduit en français par Louis Janover, 1999, Éditions Sulliver,
  67. Publication bilingue dans les « Appendices » des Œuvres de Marx dans la Bibliothèque de la Pléiade, tome III, p. 1380-1382,
  68. Ollivier 2014, p. 120-122.
  69. Ollivier 2014, p. 106-108.
  70. Ollivier 2014, p. 124-125.
  71. Ollivier 2014, p. 104-105.
  72. Ollivier 2014, p. 110-115.
  73. « Tendance Karl. Autour d'une tentative romanesque de Marx » par Gabriele Pedullà, Période, février 2015.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie(modifier | modifier le code)

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages biographiques(modifier | modifier le code)

  • Jonathan Sperber (trad. David Tuaillon), Karl Marx, homme du XIXe: siècle, Paris, Piranha, , 568 p. (ISBN 9782371190078),
  • Maximilien Rubel (préf. Louis Janover), Karl Marx : essai de biographie intellectuelle, Paris, Klincksieck, coll. « Critique de la politique », (1:re: éd. 1971), LXV-391 p. (ISBN 978-2-252-04030-0),
  • Franz Mehring, Karl Marx, histoire de sa vie, Bartillat, (réimpr. 1983) (1:re: éd. 1918) (ISBN 978-2841004584),
  • (en) Ernest Mandel, « Karl Marx », dans The New Palgrave dictionary of Economics, (lire en ligne), Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Francis Wheen (trad. Roland Desné), Karl Marx : biographie inattendue, Paris, Calmann-Lévy, , 540 p. (ISBN 2-7021-3360-6),
  • Boris Nicolaïevski et Otto Maenschen-Helfen, La vie de Karl Marx : l'homme et le lutteur, Paris, La Table ronde, coll. « La Petite Vermillon », , 480 p. (ISBN 2-710-30784-7),

Études(modifier | modifier le code)

Filmographie(modifier | modifier le code)

Articles connexes(modifier | modifier le code)

Liens externes(modifier | modifier le code)

Source link